Parmentier Luxe Modeontwerper

Het genot van kwaliteit en schoonheid sinds 1962 in pels, omgekeerd lam, leder & daim, kasjmier, luxe regenjassen

Connaissez-vous vraiment la Maison Parmentier!
Artisan – Designer

Peut-on affirmer que les vêtements fabriqués à partir de matériaux recyclés soient "propres" et « biodégradables. »?

Peut-on affirmer que les vêtements fabriqués à partir de matériaux recyclés soient "propres" et « biodégradables. »?

Parce que pratiquement 69% des vêtements sont fabriqués en fibres synthétiques, vous trouverez sur les étiquettes les définitions telles que l’élasthanne, nylon ou fibres acryliques. Or, la matière première de ces fibres est avant tout un « combustible fossile ». Son élaboration est à base de pétrole, saviez-vous que la production textile utilise pour cela plus de pétrole qu’un pays grand comme l’Espagne n’en consomme en un an ?
Les tissus synthétiques ont un impact majeur et à long terme sur l’environnement, non seulement après leur fabrication, mais déjà de par le fait d’être portés et lavés, mais également par le fait de devoir être éliminé à un moment donné. C’est une des raisons pour lesquelles de plus en plus de marques de la mode adoptent des versions de fibres synthétiques recyclées et présentent ces vêtements comme un choix « durable » !

Il ne faudrait surtout pas se laisser tromper par l’utilisation de cette dénomination :  recyclé ne veut en aucun cas dire durable !

Les trois lettres PET forment l'abréviation de Poly Ethylène-Téréphtalate. Le PET est utilisé dans la fabrication de bouteilles en plastique ayant déjà participé à un système de recyclage « existant et fermé » dans lequel ces bouteilles peuvent être recyclées des dizaines de fois en de nouvelles bouteilles. Il se trouve qu’aujourd’hui, l'industrie de l'habillement sort ces bouteilles en PET de ce circuit fermé et les fait entrer dans un système linéaire. C’est-à-dire que la plupart des vêtements fabriqués à partir de ces bouteilles ne seront pas recyclés et ne rentrent donc plus dans un circuit fermé. 
Il va sans dire, que la transformation de bouteilles en PET en vêtements synthétiques accélère le parcours du PET vers les décharges. Idéalement, on pourrait concevoir que les textiles recyclés puissent être réutilisés comme matière première pour la fabrication de nouveaux vêtements en fibres synthétiques. Malheureusement, la plupart des vêtements constitués d'un méli-mélo de ces fibres ne peuvent réintégrer dans un circuit fermé car il n'existe encore à ce jour, aucune technologie permettant de les démêler à l'échelle commerciale.

Nous pouvons donc en tirer la seule conclusion possible aujourd’hui : Les matériaux d'habillement purement naturels sont les plus adaptés à la préservation de notre environnement. Ils ne laissent, eux, aucune trace. Ils sont donc « propres et biodégradables »